Avez-vous remarqué que depuis l’arrivée d’Internet, les entreprises ont toujours un train de retard sur les consommateurs pour l’adoption des technologies émergentes ? Alors que tout le monde avait déjà accès au Wi-Fi, les entreprises utilisaient encore des câbles réseaux pour se connecter à Internet. Alors que l’iPhone était dans toutes les mains, les entreprises ont mis plusieurs années à comprendre les bénéfices de son utilisation par rapport aux traditionnels Blackberry, et à en équiper leurs employés. Alors que les étudiants du monde entier utilisaient Dropbox en 2010, les entreprises peinent encore à passer sur le Cloud aujourd’hui. Alors que les thermomètres intelligents, les capteurs d’activités, et les ampoules connectées sont dans tous les magasins, les entreprises découvrent à peine les usages intelligents qu’elles peuvent faire de l’internet des objets (voir exemple de la SNCF, et de l’industrie des services d’assurance). Depuis le début de l’année 2016, la réalité virtuelle et la réalité augmentée attirent l’attention du grand public. Est-ce que le phénomène se répètera une nouvelle fois ?

L’arrivée des premiers casques de réalité virtuelle révèle le potentiel de ces technologies (marché estimé à 120 milliards de dollars en 2020) et les consommateurs commencent déjà à s’y intéresser (déjà 25 millions de téléchargements pour les applications VR). Du côté de l’entreprise, si certains usages commencent timidement à apparaitre pour les consommateurs (ex : Ikea, Canadian Tire, Aldo), nous faisons le pari que demain, « l’expérience employé » (ensemble des interactions qui touchent les employés)  sera profondément transformée.  Les gestionnaires doivent réfléchir dès aujourd’hui au monde du travail de demain pour cette fois ne pas rater la vague et réussir à se démarquer.

Définitions

Quatre grands usages se distinguent dans l’expérience employé :

Impact des technologies de réalité virtuelle et de réalité augmentée sur l'expérience employé

Quelques entreprises commencent à tirer avantage des nouvelles technologies, et nous permettent de mieux comprendre à quoi pourrait ressembler notre futur.

Recruter les bons candidats :

Des employeurs proposent déjà aux candidats d’effectuer des visites virtuelles de leur campus ou de leurs bureaux (Jet, General Mills). À l’heure où l’environnement de travail est un attrait majeur de recrutement, les candidats peuvent goûter à la vie quotidienne des entreprises. Rapprocher l’entreprise des candidats permet d’augmenter le nombre de postulants, et d’évaluer leur compatibilité avec la culture de l’entreprise rapidement.

Après les entrevues téléphoniques et les entrevues Skype, l’arrivée des entrevues virtuelles permettra au candidat d’être présent dans les bureaux de l’entreprise. Les recruteurs pourront se retrouver face à lui et observer son langage corporel. L’immersion dans des univers virtuels permettra de tester leur niveau de stress et leurs réactions dans des situations réalistes : face-à-face avec un client, collaboration en équipe, prises de décisions, etc.

Lors d’entrevue en personne, la réalité augmentée permet également de faire une analyse biométrique en direct des employés (direction du regard, rythme de la voix, température du corps), apportant ainsi des données supplémentaires aux recruteurs. Cette utilisation est cependant controversée, car trop invasive pour le candidat (création de mouvements pour lutter contre la surveillance technologique).

Les articles suivants continueront d’explorer les possibilités des réalités virtuelle et augmentée, et donneront des indices aux gestionnaires pour les aider à se préparer au changement.

Articles liés:
Partie 2 – « Améliorer la formation et l’apprentissage » et « Accompagner l’employé dans son travail »
Partie 3 – « Faciliter la collaboration et la communication » et « Comment s’y préparer »

Luc Ballot

Analyste d'affaires de Conseils Atelya. Passionné par l'impact des technologies sur l'entreprise. Il associe des compétences en stratégie d'entreprise et technologies de l'information. Formation : M.Sc. gestion (stratégie d'entreprise) à HEC Montréal. Intérêts : Stratégie, Nouveaux modes de travail, Collaboration et réseaux sociaux d’entreprise, Transformation organisationnelle, Transformation digitale, Architecture d'information, Expérience utilisateur