Former General Electric Chairman Jack Welch Visits Chengdu

 

Jeudi dernier Montréal a accueilli un leader réputé – mais aussi critiqué – John Francis « Jack » Welch Jr., l’ex-PDG de GE. Welch est reconnu pour avoir une vision sans frontière et un leadership comme nul autre, certainement l’élément qui lui a permis de positionner GE comme #1 dans l’industrie en augmentant la capitalisation de l’entreprise de $400b depuis sa nomination en tant que 8ième PDG il y a quelques années.
L’allocution d’une heure et demie de Welch eut pour thème le leadership dans un contexte de performance organisationnelle. Welch a introduit ses idées en rappelant que le taux d’engagement moyen des employés est d’environ 65%. Dans le même ordre d’idées, seulement 10% des employés ont un plan de carrière clair et un positionnement dans leur organisation.
Afin d’améliorer l’engagement, les leaders doivent réagir et changer leurs modes de gestion – en commençant par les PDG eux-mêmes. Effectivement, le véritable rôle des « chief executive officers » est d’agir comme des « chief meaning officers ». Une personne ne devrait pas être un gestionnaire si elle ne veille pas activement à dire à ses gens quel est leur rôle, si elle n’agit pas avec transparence, ne contribue pas à créer une culture démocratique et n’est pas emphatique envers ses derniers.
En d’autres mots, le gestionnaire de demain ne doit plus seulement contrôler ou diriger, mais doit également motiver et orienter.

 

Selon Welch, les vrais leaders prendront en considération les éléments précédents pour s’assurer que leurs équipes restent engagées et qu’elles alignent leurs efforts vers un objectif commun et utiliseront les technologies pour se crédibiliser et développer de nouvelles compétences, notamment en gestion de crise.
Ce n’est pas tout : les employés eux aussi sont confrontés aux mêmes constats. Au-delà de la responsabilité de leur leader, un employé qui souhait progresser dans une organisation doit avoir trois caractéristiques selon Welch :
[list type=square_list]

  • livrer une qualité allant au-delà des attentes,

  • réussir à bien intégrer sa vie professionnelle à sa vie personnelle,

  • ne pas être arrogant.

[/list]

 

De plus en plus de chefs d’entreprises et de leaders reconnaissent ces idées et optent pour une transformation de leur organisation. Dans un monde de plus en plus complexe, créer l’organisation de demain doit être soigneusement planifié. Utiliser des technologies collaboratives et sociales, et repenser son leadership n’est pas tout. Pour tirer profit de cette transformation, l’organisation elle-même doit évoluer. Découvrez ce qu’Atelya propose.