bootcamp-ellicomDans le cadre de notre participation au Boot Camp sur les stratégies d’apprentissage, j’ai récemment été interviewé par Joanie Pelletier, conseillère en communication marketing chez Ellicom, afin de discuter du contexte de mise en place d’un Intranet collaboratif chez GENIVAR.

Cette entrevue, rédigée par Joanie Pelletier, est disponible en version originale sur le blogue d’Ellicom.

JP : Dans quel contexte ce projet d’Intranet s’est-il inscrit chez GENIVAR?

LL : En juin 2012, GENIVAR devenait l’une des plus importantes firmes de génie-conseil dans le monde à la suite de l’acquisition de WSP, une société britannique de services-conseils en ingénierie. L’organisation est passée en 5 000 à 15 000 employés, répartis dans pas moins de 35 pays.

En se portant acquéreur de WSP, GENIVAR devait faire face à un défi de taille : faire en sorte de faciliter la fusion des deux entités pour que celles-ci deviennent, en un court laps de temps, une seule entreprise unifiée.

Le projet de mise en place d’un Intranet collaboratif a donc émergé de cette pression liée à la fusion et avait pour principaux objectifs de permettre l’uniformisation des plateformes d’un point de vue technologique et l’optimisation de la communication et de la collaboration chez les 15 000 employés.

JP : Quels sont les principaux bénéfices de cette plateforme collaborative?

LL : Il y avait un important besoin, chez GENIVAR, de développer un réseau professionnel interne. Les employés ont des expertises très spécifiques dans une firme de services professionnels et il est primordial de pouvoir cibler les bonnes expertises au bon moment, dépendamment des projets en cours.

La mise en place d’un Intranet collaboratif a d’abord permis de faciliter cette identification des ressources, dans des conditions de dispersion géographique. Également, un des bénéfices importants a été de décentraliser la communication: les employés des différents bureaux se sont vu offrir la possibilité de contribuer au partage d’informations, à la manière d’un « réseau social » professionnel.

De plus, ce projet a contribué à répondre aux attentes des nouvelles générations d’ingénieurs. Beaucoup de gens de la génération Y qui font leur entrée progressive dans le domaine de l’ingénierie ont des attentes différentes et élevées, notamment au niveau de l’utilisation des technologies sociales en entreprise. Plusieurs d’entre eux vont préférer ce type de plateforme de communication et de partage au détriment du courriel, par exemple.

Finalement, le projet a eu pour effet de rendre la communication beaucoup plus efficace chez GENIVAR, et donc d’augmenter le partage d’information à l’intérieur de l’entreprise.

JP : Un projet semblable vient avec son lot d’enjeux. Quel a été le principal défi à relever?

LL : En tout, il a fallu 4 mois pour compléter le développement, l’implantation technique et l’intégration de la plateforme collaborative chez GENIVAR. Le défi n’en était donc pas un opérationnel, ni technologique. Le véritable défi était lié à la gestion du changement qu’impliquait l’intégration de ce nouvel outil dans le contexte de transformation majeure de l’organisation.

Un projet de cette ampleur a exigé de former rapidement plusieurs intervenants issus de différentes fonctions de l’organisation. Il a été nécessaire de déployer une dynamique de formation au sein des différents bureaux, tant au Canada qu’à l’international. À titre d’exemple, un ingénieur qui n’est pas nécessairement amené à être un « communicateur » dans le cadre de son travail doit être formé pour communiquer régulièrement et efficacement à son réseau professionnel par le biais d’une telle plateforme.

Ajoutons à cela l’adaptation liée à la gouvernance de l’outil qui doit être standardisée d’un pays à l’autre, la cohérence au niveau des rôles dans chaque bureau, la compréhension des processus communs, et bien plus. Certains contributeurs sont d’ailleurs encore formés à l’heure actuelle.

 

Pour plus d’informations sur la mise en place d’un Intranet collaboratif chez GENIVAR, je vous ivite à participez à notre atelier, Sylvie Lamiot-Milliner et moi-même, présenté dans le cadre du Boot Camp sur les stratégies d’apprentissage, le 5 juin prochain.

Directeur Associé de Conseils Atelya. Passionné par les technologies collaboratives et la gestion de l’Innovation, Luc accompagne les décideurs des grandes entreprises montréalaises et françaises dans la compréhension de l’impact transformationnel des nouvelles technologies sur leurs modèles d’affaires. Il est reconnu pour son expertise en matière de conduite du changement, plus précisément dans l’élaboration de stratégies d’adoption et de gestion des technologies de collaboration interne. Depuis cinq ans, il est engagé dans la gestion de la croissance de la firme. Formation : M.Sc. en gestion (technologies de l'information) à HEC Montréal et est certifié ITIL. Intérêt : Stratégie, Architecture et Gouvernance digitale, Collaboration et Réseaux sociaux d’entreprise, Transformation organisationnelle, Transformation digitale, Maturité collaborative, Organisation connectée.