Certains gestionnaires exécutifs tendent à miner la créativité, la productivité et l’engagement des collaborateurs dans leur milieu d’affaires. Quatre façons pour les exécutifs de remédier à la situation…. tout en devenant porteurs de sens pour l’organisation.

 


Le contenu de ce billet s’inspire de l’article « How leaders kill meaning at work », de Teresa Amabile et Steven Kramer, publié en janvier 2012 dans McKinsey Quaterly.

Certains cadres supérieurs et les gestionnaires exécutifs ont l’habitude de concentrer leurs énergies à la définition de stratégies corporatives. Toutefois, ils oublient un élément essentiel : établir des moyens concrets permettant de mobiliser et de susciter l’engagement des collaborateurs qui mettent en œuvre lesdites stratégies!

À cet effet, il est reconnu que les employés qui sont épanouis dans leurs milieux de travail, de par le sens qu’ils donnent à leurs actions, sont plus productifs, engagés et créatifs que les ceux qui ne rencontrent pas de telles conditions. Mais comment les exécutifs, souvent peu en contact direct avec les employés, peuvent-ils favoriser la création de sens au travail? Les auteurs Amabile et Kramer, du McKinsey Quaterly, proposent quatre (4) pistes de solutions : favoriser la symbiose entre le discours et l’action, connaître et communiquer les répercussions stratégiques et opérationnelles, coordonner, supporter et contrôler et finalement réévaluer les objectifs trop ambitieux.

1. Favoriser la symbiose entre le discours et l’action : Il est reconnu qu’un vrai leader, suscitant une réelle mobilisation de son auditoire, utilise deux outils pour faire passer son message : le discours et l’action. Ainsi, les dirigeants d’une société doivent donner des moyens concrets à ses employés afin qu’ils puissent remplir la mission et les objectifs corporatifs, tout en incarnant ce discours. Par exemple, une entreprise se disant innovante devra favoriser l’ouverture, les équipes pluridisciplinaires, le droit à l’erreur et l’expérimentation, et ce, en délimitant le terrain de jeu dans lequel les collaborateurs pourront innover. La multiplication des contraintes ne sera qu’un frein à la créativité.

2. Connaître et communiquer les répercussions stratégiques : Toujours occupés à planifier les prochaines décisions stratégiques corporatives, le exécutifs passent généralement peu de temps à évaluer en détail les répercussions de leurs actions et à communiquer ces dernières aux membres de l’organisation. Pour donner du sens au travail et « rallier leurs troupes », les exécutifs doivent continuellement communiquer les actions et répercussions stratégiques et opérationnelles, impliquant ainsi les parties prenantes à un projet collectif.

3. Coordonner, supporter et contrôler: L’autonomie et la responsabilisation des employés dans leurs projets favorisent l’accomplissement et le sentiment d’appartenance, dans une démarche de valeurs « entrepreneuriales ». Par contre, un total laissez-faire peut mener les équipes de travail au chaos, et un manque de support et de contrôle peut mener à un sentiment de perte de valeur du travail accompli. L’important, pour les exécutifs, est de supporter ses équipes via des moyens adaptés, utiles et non contraignants.

4. Réévaluer les objectifs trop ambitieux : Les buts, objectifs et ambitions grandioses ont parfois peu d’impact sur les collaborateurs en entreprise. En effet, bien que vu comme potentiellement stimulants, si ceux-ci sont trop loin de la réalité, des activités quotidiennes de l’organisation ou pire des valeurs des employés. Il s’en dégage un vide de sens et un cynisme malsain affectant l’ambiance de travail.

En somme, favoriser la symbiose entre le discours et l’action, connaître et communiquer les répercussions stratégiques et opérationnelles, coordonner, supporter et contrôler et finalement réévaluer les objectifs trop ambitieux sont des moyens permettant aux exécutifs de partager avec leurs employés le sens profond et la valeur de leur travail.

À cet effet, Conseils Atelya croit que c’est en favorisant le dialogue, la transparence et la co-création que les stratégies corporatives peuvent se concrétiser dans les tâches de tous les jours, qui deviennent, à long terme, porteuses de sens pour les employés. Pour en savoir plus sur la mobilisation au travail dans l’activité quotidienne, contactez Patrice Létourneau, Vice-président de Conseils Atelya.

Auteure: Catherine Archambault