Direction Informatique, mensuel s’adressant aux professionnels des technologies de l’information et des communications (TIC) au Québec, publie « La fin annoncée de l’ère du bureau physique » comme article principal de sa parution de janvier 2012. L’auteur tire ses données de l’enquête Poste de travail du futur, réalisée par le Lab des Usages, cellule de recherche et développement de VOIRIN Consultants / Atelya. Résumé d’un article anticipant les changements à venir dans les organisations de demain.

 


« À l’ère de la mobilité et de l’informatique en nuage, le poste de travail traditionnel est en train de vivre ses dernières heures de gloire », ainsi débute l’article rédigé par Denis Lalonde, rédacteur en chef de Direction Informatique. En effet, en 2012, le poste de travail ne se cantonne plus, comme naguère, à un bureau physique sur lequel repose un ordinateur, mais à tout ce avec quoi il peut interagir de manière physique ou virtuelle, et ce, dans l’enceinte de l’organisation ou en dehors.

Ainsi, selon l’étude menée par le Lab des Usages auprès de 137 décideurs exerçant diverses fonctions stratégiques issus des domaines privés et publics, « les nouvelles technologies numériques développées cette dernière décennie, principalement dans le cadre de la sphère personnelle, connaissent une intégration croissante au sein des organisations ». À cet effet, Direction Informatique met en lumière quatre points d’intérêt quant au poste de travail du futur : l’intranet comme outil central structurant, la mobilité comme préoccupation principale, l’intérêt pour les services d’informatique en nuage et le retour sur investissement du poste de travail du futur.

L’intranet comme outil central structurant : Selon l’enquête, 48% des répondants prédisent que l’intranet sera considéré comme outil central au sein des organisations de demain. Qui plus est, 77% croient possible que l’intranet serve d’accès unique centralisé au système d’information, incluant les divers outils du Web 2.0 (Blogues, wikis, forums et réseaux sociaux d’enterprise).

La mobilité comme préoccupation principale : Toujours selon l’étude, « à côté des traditionnels ordinateurs de bureau et ordinateurs portables, les téléphones intelligents et les tablettes s’imposent petit à petit comme des outils de travail à part entière ». Ainsi, 75% des répondants envisagent au minimum un accès à un Intranet via les téléphones intelligents et les tablettes.

L’intérêt pour les services d’informatique en nuage : Selon l’étude du Lab des Usages, le mode d’utilisation de l’informatique en nuage le plus populaire sera le logiciel service, aussi connu sous le vocable de Software as a Service (SaaS), à 79,5%. Par contre, 65 % des répondants à l’enquête soutiennent qu’ils feront confiance à l’informatique en nuage seulement si des efforts sont faits dans le domaine de la sécurité des données.

Le retour sur investissement du poste de travail du futur : 59 % des répondants pensent qu’investir dans le poste de travail du futur sera synonyme de rendement sur le capital investi (Return on investment, ou ROI). De ce nombre, 90,2 % pensent que le rendement sera qualitatif, alors que 49 % sont d’avis qu’il sera quantitatif.

Pour conclure, Direction Informatique capture bien l’essence de l’enquête Poste de travail du futur, réalisée par la cellule de recherche et développement de VOIRIN Consultant / Atelya, le Lab des Usages. En soulevant le fait que l’organisation de demain utilisera des outils 2.0 (Intranet, réseaux sociaux d’entreprise), la mobilité et les services « dans le nuage » comme outils centraux regroupant l’information, l’article permet une réelle prise de conscience des mutations à venir quant aux méthodes et processus de travail en entreprise. À cet effet, Conseils ATELYA croit qu’investir dans cette réorganisation du poste de travail permettra aux sociétés de divers secteurs de capitaliser sur les connaissances propres à l’entreprise et à terme de dégager un véritable avantage concurrentiel.

Auteure : Catherine Archambault