Une entrevue effectuée la semaine dernière entre la journaliste Marie Jung et Luc Lespérance, consultant chez Conseils ATELYA, a permis de soulever une question fondamentale au ROI 2.0: « Est-ce les outils 2.0 qui apportent de la valeur aux organisations ou leurs usages ? »

Cette question a d’ailleurs servi de prémisse à l’article de Marie Jung, publié cette semaine dans la revue informatique 01.Net Entreprises, qui se base sur notre dernier livre blanc : L’Entreprise 2.0 – Acte IV : ROI et analyse de la valeur.

Notre réponse à cette question est bien évidemment les usages, et non les outils. En effet, la valeur générée d’un investissement IT – et plus précisément d’un projet 2.0 en entreprise – ne provient pas de la technologie en tant que telle, mais plutôt de son adoption et de son utilisation.

D’ailleurs, comme l’écrit Bertrand DUPERRIN, blogueur sur l’Entreprise 2.0, « Un outil 2.0 est un outil inerte : il ne fait rien mais permet aux individus de faire. Il n’a pas de ROI propre mais rend possible celui d’une démarche » .

Ainsi, les outils 2.0 à disposition des entreprises sont des bases certes nécessaires, mais non suffisantes. Ils sont des coquilles vides : ce sont les contributions qui y seront ajoutées et les interactions sociales qui en découleront qui donneront de la valeur à l’Entreprise 2.0.